• Criollos crespos et autres Barbes... frisés !

    Le cheval "Barbe frisé" vous fait rigoler ? Allons, dites moi si vous pouvez différencier l'étymologie de barbe, soit Barba, ae, barbe ou longs poils, en latin, et barbe soit Barba, bas-latin qui donna naissance à l'IItalien Barberi, de Barbarie, pays des Berbères (lat barbarus et grec barbaros, ceux qui parlent par borborrygmes...).

    Ok, c'est tiré par les chevaux, euh, cheveux, mais tout de même, le mot est pareil ! Ce rapprochement barbare et barbant m'est venu par recoupements ;

    1) Le chien Barbet (de barba) est une race ancienne frisée à partir de laquelle on a créé le caniche. "Frisé comme un barbet" est une expression connue.

    2) L'origine du cheval Barbe ( de Barberi, barba) est lybienne, et on a vu aux temps anciens des chevaux frisés en ce pays. (Léon l'Africain, Strabon)

    Ben alors, pas un académi-chien ne peut nous empècher de croire qu'il y a double sens à notre Barba ??? Cheval de Barbarie... ou cheval Barbet et frisé !

    ---------------------------------------------------------------------------------

    Pourquoi vous parler du Barbe ? J'y viens... Vous avez déjà lu mon article sur les curlies chez les encyclopédistes, et avez été fasciné par la description de Félix d'Azara des chevaux frisés du Paraguay (N'est-il pas ?)... hé bien ces chevaux frisés ont vécu nombreux en Amérique du Sud et on en a vu assez recement encore là-bas, les témoignages ne manquent pas. La robe frisée est même repertoriée chez le Criollo, on l'appelle CRESPO.

    Pour les spécialistes, ce poil frisé vient soit du Sorraia espagnol soit du Barbe... A priori, le cheval frisé d'Amérique du Sud observé par d'Azara et ses successeurs ne peut pas venir d'une autre provenance que les importations des Conquistadors car il y en avait déjà de vastes troupeaux au début du XIXème, donc forcément origines Ibérique (Sorraia)  et/ou Genet (Barbe).

    Voici un texte du fondateur de la race Criollo, le Dr Solanet, obtenu grace à l'amabilité de Gérard Barré, de Justacriollo ;

    On appelle Crespo le cheval qui a le poil frisé, généralement les crins
    de la
    crinière et de la queue sont plus courts et plus rares. Les pieds de ces
    chevaux seraient généralement plus petits que ceux des autres chevaux.
    Les
    chevaux crespos sont assez peu appréciés et sont souvent abattus, cette
    particularité pourrait donc disparaître. Pourtant, un tel cheval peut
    naître du
    croisement de deux individus non crespos.

    Ce cheval est ainsi définit depuis le XVIIIè siècle. En Argentine, on
    appelle
    également ces chevaux rabinches, au Venezuela, colines ou ponchos. Ils
    sont
    nombreux aussi dans la région du Río Grande do Sul. Il semble que cette
    particularité soit plus fréquente sur des chevaux de robe sombre. On dit
    également que ces animaux ont une sueur très odorante.

    Certains individus de pure race Criolla pures sont crespos, et ont
    d'ailleurs
    obtenu de bons résultats aux différentes expositions de la fin du XIXè
    siècle.
    Des éleveurs de longue date du sud de la Patagonie se souviennent et
    racontent
    avoir vu des manades entières de chevaux crespos. Le professeur Solanet
    dit
    avoir possédé quatre chevaux crespos, tous de véritables Criollos tout
    à fait
    bien proportionnés nés de différentes lignées. Il n'a jamais observé
    de
    différence entre leurs pieds et ceux des autres chevaux de la même
    conformation.

    D'autres races de chevaux présentent cette particularité, comme certains
    chevaux
    du Danemark. Cette particularité aurait donc pu être transmise par le
    sang de
    chevaux d'origine européenne."

    URL: www.justacriollo.com/espacemembres_fr/robes_fr/pcorps6_fr.htm

    Autrement, je n'ai pas d'autres informations que ce texte rédigé à
    partir du
    livre de Solanet.

    Je n'ai jamais vu ni entendu le nom de Pishay.

    Sans en avoir de preuve, il ne devait y avoir que des chevaux de souche
    espagnole. Mais un autre extrait de la version intégrale du site, précise
    :

    "Jusqu'au début du dix-neuvième siècle les colons n'élevèrent et
    n'utilisèrent
    que des chevaux créoles, qui furent l'âme et le symbole même du peuple
    des
    gauchos. Puis de nombreux croisements furent pratiqués entre ces chevaux
    (apportant leur résistance aux conditions de vie locales) et d'autres, de
    selle
    ou de trait, venus d'Europe. Des éleveurs argentins de la race Créole,
    s'inquiétèrent du déclin de celle-ci. Ainsi, à partir de 1910, sur
    l'initiative
    du docteur Emilio Solanet, fut entreprise la quête du vrai cheval de la
    pampa.
    C'est en Patagonie, chez des amérindiens, que furent trouvés les animaux
    les
    plus satisfaisants aux yeux de ce passionné qui commença son élevage
    pour
    retrouver le cheval créole primitif."

    Un petit Nota Bene pour mon bloc notes Ibériques et frisure

    Images et textes sur le poney Garrano dont une lignée est assez frisée  http://www.cheval-savoir.com/5-poney-garrano



     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :