• Je n'arrive pas à résister au plaisir de publier cette image "empruntée" sans autorisation à l'éleveuse de Twisted Oak Farm ! Vous pouvez la plébisciter sur le site Curly Horse Country dans un concours photo.

    Grâce à une amie, j'ai obtenu la traduction correcte d'un texte sur une question que j'avais posée sur le forum de l'Icho : pourquoi y a t-il génétiquement davantage de chevaux hypoallergéniques que de chevaux frisés ? Car ""pratiquement"" tout cheval issu de Curly est hypoallergénique, frisé ou non... comment est ce possible ? Paul avait répondu, rien qui concerne en particulier les curlies, mais qui peut au moins justifier la possibilité de cette curiosité. Ceci dit, je déconseille de continuer à faire reproduire un curly non-frisé hypoallergénique avec un cheval normal en croisement et prétendre conserver indéfiniment l'hypoallergénie...

    Au passage, sur le sujet génétique, je lis sur les sites des deux plus gros éleveurs français que leurs chevaux straights (curly non frisé) sont prétendus transmettre des boucles à leurs produits. Sans en jurer, je dirai que celà à de très grandes chances d'être entièrement faux. S'ils n'ont pas le gène frisé, ils ne peuvent pas le transmettre, c'est un gène dominant, donc par définition visible ! Et s'il y avait des gènes recessifs qui trainent (cas improbable), il faudrait les éviter, comme le recommande l'Icho. Autant la génétique de l'hypoallergénie semble complexe, autant la règle toute simple du gène dominant ou dominant partiel de la frisure se vérifie par la pratique. Par contre, un curly "minimal" peut transmettre des boucles et ressembler fortement à un straight ! Autre erreur sur un autre site, un poulain qui n'a qu'un parent curly ne peut pas être homozygote pour les boucles, puisqu'il ne possède qu'un seul gène curly, hérité d'un seul parent.

    TRAD :

    Sophie, tu poses une très bonne question sur le caractère  hypoallergénique : Comment celui-ci peut être transmis si souvent et avec autant de force aux  « straight » ?

    Pour le moment, nous ne savons tout simplement pas. Nous ne connaissons pas les facteurs génétiques ou épigénétiques, ou tout autre motif  qui causent  son identification. En fait, nous ne possédons même pas à l’heure actuelle une théorie acceptable sur la façon dont le  caractère est hérité. Depuis quelques années, il y a eu plusieurs avancées dans les découvertes en génétiques :

    1.     Un même gène peut coder pour plusieurs protéines

    2.     L’ARN aide les gènes dans le codage pour ces différentes protéines

    3.     En épigénétique : il y a des molécules de méthyle accrochées sur les côtés des brins d’ADN qui modifient les gènes et qui ont 1000 fois plus de chances de se modifier que les gènes. Un environnement stressant les fait se modifier immédiatement

    4.     Les gènes normaux font parties d’un réseau de gènes qui s’influencent mutuellement afin de déterminer la quantité de protéine produite.

    5.     On  supposait certains gènes de ne pas avoir de fonctions déterminées, il est maintenant acquis qu’ils ont une fonction notamment dans le processus de vieillissement

    6.     Lors de la procréation, les gènes peuvent changer de sens, se diviser, être raccourcis, changer de position, doubler, tripler et même plus (mutations)

    7.     La position exacte d’un gène et la proximité de certains (gènes ?) voisins influence l’action d’un gène

    8.     Il y a des gènes moins importants que d’autres.

     

    Dans la mesure où ce champ d’activité est loin d’être abouti et défini, je pressens qu’il y aura dans les 10 ans à venir encore plus de découvertes. Peut être qu’une de ces nouvelles découvertes expliquera le puzzle que constitue la transmission de l’hypoallergénie.


    votre commentaire
  • Créer un Relais d'accueil pour les personnes allergiques est une idée que j'avais eu dès les premiers balbutiements d'On Curls.

    Le principe est de lister tous les volontaires qui possèdent des chevaux hypoallergéniques et qui sont aptes à accueillir une personne allergique, pour lui faire faire des tests et pourquoi pas monter un peu à cheval.

    Ainsi les personnes allergiques peuvent trouver un Curly pas trop loin de chez eux ! Mais mon idée s'est réduit à un listing qui faute de motivation des autres membres de l'association, n'a pas été mis à jour.

    Denise Conroy (ben oui, toujours elle !), a eu la même idée, mais l'a mise en pratique avec son talent habituel ! Et à l'échelle mondiale. C'est vraiment bien, il suffit de choisir sa zone géographie et une carte apparait avec les propriétaires et éleveurs volontaires pour accueil d'allergiques.

    J'écris également cet article pour que les volontaires français s'inscrivent, il suffit de cliquer sur Add your Curly location here (à la fin du texte de présentation), et il y a une fiche à remplir, c'est ULTRA SIMPLE alors allez y et aidez cette belle initiative ! Vous serez sur la carte après cette formalité.

    http://curlyhorsecountry.com/curlyhorselocator_map.htm


    1 commentaire
  • Les Curlies ont une peau différente, et aussi une odeur différente. Certains disent qu'ils n'ont aucune odeur, c'est totalement faux ! Au contraire... Mais pas la même qu'un cheval normal. J'ai reçu une jeune femme allegique à ce jour, et elle était capable de dire quel curly elle tolérait le mieux, en deux secondes, rien qu'à son odeur. La jument qu'elle supportait le moins (cependant sans symptomes allegiques) avait "davantage une odeur de cheval" d'après elle, mais sans que celà lui soit intolérable. Et en effet, un autre curly apparenté à cette jument, était lui aussi ( je l'avais déjà constaté), moins efficace que les autres pour les allergies.

    Il semble que ce soit pour l'odeur comme pour l'hypoallergénie : le rapport avec la qualité du pedigree n'est pas systématique. Par contre, si l'odeur est clairement "spéciale" et pas "cheval", il n'y a pas d'allergie. Est ce qu'on peut renifler l'hypoallergénie ? Hé bien, il semble que certaines personnes en soient capables !

    Cette odeur spéciale était connue depuis longtemps comme caractéristique du Curly et très fréquement les gens le remarquent d'eux mêmes. Les indiens d'Amérique du Nord et du Sud notaient déjà que le Curly sentait comme un cheval en sueur. D'autres diraient comme la laine de mouton. Pour un ami de l'éleveur fondateur Hammrick, il était clair que le cheval curly n'aurait jamais aucun succès "parce qu'il puait comme l'enfer !". N'exagérons rien, le Curly a une odeur différente mais tout a fait agréable ! Disons une gamme d'odeur qui va selon l'animal du cuir fumé au caramel brûlé, avec une base de suin gras, comme la laine. L'odeur sucrée se rapproche davantage de celle du cheval normal.

    Une idée rigolote sans aucun fondement scientifique !!! C'est une GLYCOprotéine qui est l'allergène premier du cheval... Et l'odeur du Curly s''oppose à celle du cheval normal en ce qu'elle n'est PAS sucrée (=pas "glyco" ???) ! Amusant, non ?


    votre commentaire
  • Allergiques aux chevaux, voici quelques règles à respecter pour vos visites aux curlies, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté :

    Demandez un test de crins : A se faire envoyer par la poste sous sachet. Si le prélèvement a été bien fait dans des conditions propres, que vous testez progressivement les crins sur un petit coin de peau au début et que vous ne "sniffez" pas brutalement les crins à plein poumons, le test devrait donner une idée assez fiable de vos futures réactions.

    La période de l'année. Il faut éviter les visites au printemps et à l'automne, le pire étant les mois de mai et juin, les plus concentrés en allergènes divers et en poils de cheval.

    Procéder en plusieurs temps : passer quelques minutes avec les curlies, attendre une petite demi-heure avant de continuer plus loin, pour monter par exemple. Ne tenter de brosser qu'en toute derniere étape, si tout va bien.

    Pas de contacts excessifs : ne vous faites jamais lécher, ne mettez pas le mors vous même dans la bouche, ne brossez surtout pas le cheval au début. (utiliser un aspirateur si possible, sinon éviter le pansage)

    Méfiez vous des autres allergènes : Ne manipulez les curlies que dans un endroit très aéré, loin du foin, de la poussière et de tout autre animal ou cheval normal (au moins 150m).

    Ne vous découragez pas si vous faites une crise, car tous les curlies ne fonctionnent pas avec toutes les personnes, c'est au cas par cas.

    Ne faites pas de visite surprise dans un élevage de curlies. Tous les élevages français possèdent aussi des chevaux normaux et des chats et chiens. Donc souvent on a besoin de préparer votre visite plusieurs jours à l'avance en éloignant chevaux normaux, chiens, chats, en faisant le ménage dans la sellerie, en lavant brosses et tapis...

     


    votre commentaire
  •  

    Deux fois hypoallergénique ???

    La race Curly a des propriétés hypoallergéniques. C'est à dire que la plupart des allergiques aux chevaux peuvent supporter assez bien de cotoyer ce cheval, sans réactions allergiques.

    Une fois pour les protéines.........

    Le cheval curly est très certainement hypoallergénique concernant les allergies pures aux chevaux. Les personnes qui réagissent aux sécretions et aux protéines qu'elles contiennent : salive, sueur, sébum, squames...

    Les scientifiques ne sont pas très avancés dans leurs recherches concernant le Curly, il paraitrait qu'il y a environ quatre protéines de profil classiquement allergène dans les sécrétions des chevaux normaux, et que le curly en possèderait seulement certaines en moindres proportions. La principale allergène serait une glycoprotéine, de la famille des lipocalines, appellée Equ C 1 (et sans doute aussi Equ C 2 et C4). Elle est présente partout, sur le poil, la salive, la sueur etc...

     Le Curly serait donc "moins" allergisant, mais pas "non" allergisant. Cette dose moindre d'allergène semble être très bien tolérée par beaucoup d'allergiques aux sécrétions des chevaux. Il serait même possible que le curly fasse office de dessensibilisateur, l'organisme des allergiques les tolérant , il s'habitue peu à peu à des chevaux normaux.

    La frisure est-elle liée plus ou moins avec cette spécificité des protéines des curlies? Ce n'est pas systématique. C'est comme pour le chat Sibérien : sa salive est hypoallergénique et les allergiques le supportent, bien que son poil soit long et plat. Très souvent, donc, une frisure montre que ces chevaux sont hypoallergéniques, mais certains chevaux de race curly peuvent être peu ou pas frisés et posséder tout de même les bonnes protéines. C'est la race Curly qui est hypoallergénique.

    Le chat possède la même protéine allergène que le cheval, mais en version féline, la fl d1. Et cette protéine n'est presque pas présente dans les secretions du chat sibérien. On peut donc imaginer que le Curly possède quant à lui très peu de Eq C 1... en tous cas, c'est cette glycoprotéine qui est la cause des allergies au cheval de type I. Et c'est ce que semblait conclure une étude Allemande pour l'ICHO en 2007 (sans beaucoup de détails).

    Pourquoi frisure et hypoallergénie vont-ils fréquement de paire ? J'ai toujours adopté la théorie que le Curly n'était pas un mustang ayant développé par mutation recessive un drôle de pelage, mais que le Curly avait une race archaique comme ancètre, une race de gène sauvage dominant frisé, avec d'autres détails physiques comme l'épaisse graisse sous la peau ou les naseaux très étroits, bref une race de grand froid et de montagne, pour laquelle une isolation frisée était bien utile. Et bizarrement, quelles sont les deux seules races de chats aux protéines hypoallergéniques ? Le chat des forêts Norvégiennes et le chat Sibérien... Les seuls chats vivant dans une froidure extrème... Ma petite conclusion (rapide) serait donc que frisure et hypoallergénie sont des caractéristiques d'adaptation aux climats froids, et qu'ils vont de paire pour cette raison, mais en effet, pas du tout systématiquement !

     Revenons aux allergies aux protéines équines...Parfois on tombe sur la bonne combinaison : aucune allergie, et là c'est le bonheur  ! Parfois, les personnes sont un peu génés mais moins qu'avec un cheval normal. Et rarement, c'est hélas l'échec.

    Donc ceci concerne les allergiques aux chevaux et uniquement aux chevaux.

    Et une seconde fois pour la frisure........!

    Mais les allergiques aux poils de tout poil sont eux aussi souvent privés d'équitation ! Donc d'un autre côté, la frisure est une aide à certains allergiques, les allergiques aux poils divers et variés.  Car ce poil frisé, dense, sec avec une peau grasse, libère moins de poils morts et moins de squames... Sauf en période de mue bien sûr ! Les essais au printemps ou à l'automne doivent être évités au début. Les allergiques au poils d'animaux auront davantage de mal à s'habituer aux curlies et devront souvent utiliser un aspirateur de pansage, des gants, un masque... Mais c'est ainsi que l'ont dit que les chiens frisés, comme le caniche ou le fox, sont hypoallergéniques.

    Celà dit, la "vraie" allergie au cheval, et la "vraie" hypoallergénique du cheval curly sont plutôt associées à l'allergie à Equ C1 dont nous avons parlé en premier... L'allergie de type 1.

    Souvent les crises se déclenchent en présence de deux facteurs qui se combinent : pollen et poils, poussière et poils... ou hélas, cheval et poils... Pas facile. Une allergie cheval qui aurait été tolérée en temps normal se déclenche à cause d'une autre facteur comme le poil ou les pollens, ou inversement... mais si l'allergie cheval peut être maitrisée petit à petit, celle du poil pourra aussi être contenue, avec beaucoup d'archarnement, un suivi par allergologue et le choix du cheval adapté. Ce serait une explication possible pour comprendre pourquoi le cheval curly est toléré par 95% des allergiques en Amérique du Nord, alors que les scores de tolérance sont bien plus faibles en Europe. Parce que l'Europe est plus polluée, il y davantage de combinaisons allergènes.

    Tout celà ne sont que des observations empiriques et non scientifiques.

    Conclusion

    Il arrive enfin que les allergiques supportent un curly mieux qu'un autre. Selon le type d'allergie, parfois un pedigree sans mélange d'autre race, ou parfois un curly extrème (double gène curly), sera un facteur d'espoir. Mais pas une garantie, et les surprises ne sont pas rares, qu'une personne supporte mieux un demi-curly qu'un pur par exemple... question, pour l'un, de protéine non visible, pour l'autre, de sorte de poil ?

    Vous aurez noté que nous avons utilisé deux comparaisons hypoallergéniques du règne animal : le chat siberien, qui a des secrétions moins protéinées et moins allergisantes (et n'est pas frisé), et le caniche, qui est hypoallergénique parce que frisé, mais sans autres particularités. Notre cheval curly, lui, serait donc deux fois hypoallergénique. Une fois comme le chat sibérien, et une fois comme le caniche... Voici donc pourquoi frisure et hypoallergénie ne serait pas forcément liées...

    ================================================================================================

    Article de Jeroen Vershuren sur le Curly et l'allergie, les types d'allergies..;

    http://www.oncurls.org/allergies.html

    Le chat sibérien hypoallergenique : pourquoi...

    http://www.chatsiberien.net/index_hypoallergenique.htm

    http://www.remcomp.fr/asmanet/allergenes/e1-chat-poilsetsquames.htm

    Cheval, allergène Equ C 1 

    http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=198304

     Autres races de chats à la fois frisés et réputés pour être hypoallergéniques : La Perm, Selkirk Rex. Nous avons préféré parler du Sibérien car le chat sibérien est une race aux origines connues et sa protéine Fel D1 a été testée. Son poil est hydrofuge et c'est une race façonnée par la nature (Chat des bois) tout comme le cheval Curly.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique